Fédération de l'Essonne

Fédération de l'Essonne
Accueil
 
 
 
 

LA SOLIDARITE, CA NE SE DISCUTE PAS !

Le gouvernement Français serait-il en train de changer de position sur la question des réfugiés ? La photo d'un exilé mort, flottant entre deux eaux publiée par l'Humanité, n'avait pas suscité une grande émotion. Il aura fallu attendre  la publication d'un enfant mort sur une plage pour que l'opinion publique s'émeuve. Les dirigeants européens, en particulier Allemands et Français, sont aujourd’hui obligés de tenir compte de cette opinion publique et des élans de solidarité engendrés.
Cela fait pourtant des mois que le phénomène prend de l'ampleur et que les épaves mises à l'eau par des trafiquants sans scrupules  coulent les unes après les autres au beau milieu de la Méditerranée, que les villages du sud de l'Italie, de la Grèce  font ce qu'il peuvent pour recueillir ces naufragés. Petit à petit, une vérité se dévoile : celle d'une Europe qui s'est construite sur le commerce et la finance; oubliant l'Europe de la solidarité, celle des peuples et des pays les plus fragiles économiquement. Il s’agit donc pour nos gouvernants à la fois de répondre à l’urgence de la situation humanitaire des réfugiés mais aussi de reconsidérer la politique des visas en Europe vis à vis des migrants dans leur ensemble. On ne peut pas opposer les uns aux autres, les classer en catégories, celles qui seraient acceptables et les autres, indésirables.
Quels moyens vont être réellement dégagés ? Quelle sera l’ampleur de l’aide et du soutien de l’Etat aux collectivités territoriales ? Il y a là une zone d’ombre qui n’est pas compréhensible de la part du gouvernement, estime Lydia Samarbakhsh, responsable du secteur international du PCF. C’est une raison supplémentaire de mettre un coup d’arrêt aux politiques d’austérité́ qui étranglent les collectivités territoriales ; ce qui veut dire empêcher la coupe sombre d’environ trois milliards et demi d’euros et y ajouter au moins deux milliards d’euros pour être en mesure non seulement d’accueillir immédiatement les 24 000 refugiés mais mettre en place les dispositifs nécessaires pour élargir cet accueil. Le rassemblement prévu samedi 19 à 11h devant la préfecture trouve donc toute sa justification.
Dans l'expectative, l'accueil cette semaine de 41 réfugiés à Champcueil reste problématique quand aux moyens mis en oeuvre et c'est la solidarité qui s'organise pour recevoir dignement ces familles.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.