Fédération de l'Essonne

Fédération de l'Essonne
Accueil
 
 
 
 

La valeur de la parole

Que vaut aujourd’hui la parole du gouvernement ? Peu de chose à vrai dire au regard des revirements opérés par les ministres, voire Valls lui même dans tous les domaines d’intervention de l’Etat. Témoins les agriculteurs pour lesquels les mesures promises par le gouvernement font figure de « bouche trou ». Face au lobby des géants de l’agro-alimentaire les producteurs n'ont qu'une prétention : vivre de leur travail. Le ministre de l’agriculture dit les avoir entendus mais le premier ministre n’offre qu’une réduction des charges sociales et une aide ponctuelle. 
Autre facette : à Calais, on affirme solennellement que tout se passera dans le dialogue et le respect des migrants ; mais la réalité est toute autre et la destruction d'une partie des abris de fortune a conduit une partie de ces migrants à se révolter face aux CRS suréquipés. Comme quoi, on était parti pour le dialogue mais on avait prévu sa rupture…
Mais l’attaque la plus inattendue d’un gouvernement de gauche, outre la loi sur l'état d'urgence, est surement celle organisée contre l’ensemble des travailleurs de ce pays. Hollande avait promis le dialogue social. Depuis une semaine, la ministre Myriam El Khomri a présenté le projet de loi du gouvernement sur la casse du code du travail. Ce projet de loi prévoit tout simplement de faire sauter tous les droits et protections acquis par les salariés et leurs organisations pendant des décennies de conquêtes sociales.
De plus, selon les mots de Hollande lui même, cette loi n'aura pas d'effet sur l'emploi. Il s'agit donc bien de bâtir un nouveau modèle au service exclusif des barons du CAC 40.
Dans le même temps, histoire de donner du « corps » au sujet, les assignations en justice et les condamnations de salariés qui se battent pour défendre leur emploi se multiplient. C'est le cas des 8 salariés de Goodyear condamnés à de la prison ferme, chose inédite depuis plus d'un demi siècle. Dans le pays, la colère est énorme et la mobilisation prend de l'ampleur.
La mobilisation de toutes et tous pour les faire plier n'est plus une question d'idéologie, c'est une nécessité vitale pour le peuple. 
Une journée de mobilisation de tous les salariés a été décidé pour le 31 mars. L'ensemble des organisations syndicales, politiques et associatives de jeunesse se sont également réunies pour exiger le retrait pur et simple de ce texte de loi et appellent à une journée de mobilisation le 9 mars.
Et si le gouvernement doit tirer une leçon de tout cela, c’est que la parole a une valeur sur laquelle il n’est pas bon de spéculer.
Valls vient d'annoncer le report de l'exament de la "loi travail". Un premier recul qui doit nous pousser à agir de plus belle pour le retrait de ce projet.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.